Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le besoin en métal dans les scénarios de transition énergétique

Le développement de nouvelles sources d’énergies renouvelables est une condition sine qua non à la transition énergétique. Le développement de nouvelles sources d’énergies renouvelables est « au cœur de la de la transition vers une société à faible émission carbone » comme il est affirmé par Moss et alii (2014, p.557).

La transition énergétique est une politique mettant en avant la nécessité de développer de nouvelles sources d’énergies pour répondre aux nombreuses limites du système énergétique basé sur l’utilisation d’énergies non-renouvelables, telle que la pollution engendrée par l’utilisation des combustibles fossiles.

Les différents scénarios présentent les énergies renouvelables comme des énergies de substitution aux énergies non-renouvelables, comme les combustibles fossiles qui assurent actuellement le besoin énergétique mondiale. Cependant, les énergies renouvelables sont diffuses, non-continue et requièrent des biens d’équipements complexes. La construction des technologies indispensable pour produire ce type d’énergie nécessite une grande quantité d’énergie et de matières premières. Les métaux, communs ou rares, font parties de ces ressources non-renouvelables nécessaires pour le développement de ces technologies (Vidal et al., 2013).

L’extraction du métal nécessite une grande source d’énergie. Actuellement, selon les estimations de Vidal et al. (2013), ce secteur consomme près de 10% de l’énergie globale alors que la production énergétique des énergies renouvelables, issues du vent ou du solaire, ne peuvent répondre qu’à 1% de la demande global. Ainsi, l’expansion de ce secteur risque d’entrainer un accroissement de la production d’énergie non-renouvelable pour répondre au développement massif des énergies renouvelables (IAE, 2014).

Si on considère la transition énergétique actuelle à travers les principaux scénarios exposés par le modèle énergétique monde de l’Agence Internationale de l’Energie, le développement massif des énergies renouvelables pousse à s’interroger sur la consistance de cette politique et la nécessité d’intégrer le besoin en métal dans ces scénarios. En effet, la transition énergétique peut être une source de tensions puisque comme il est décrit par Vidal et al. (2013), en suivant les scénarios des institutions internationales, « la transition à l’énergie renouvelable va remplacer une ressource non-renouvelable (énergie fossile) par une autre (métal et minerais) » (Vidal et al., 2013, p.895).

Résultats de Vidal et al. (2013)

Le principal constat de cet article porte sur le fait que les ressources minérales conservent les problématiques géopolitiques, de structure de marché et environnementales des combustibles fossiles. La transition énergétique est analysée, dans les résultats de Vidal et al. (2013), comme un processus de transfert de la problématique des ressources énergétiques vers les ressources minières.

Ces auteurs mettent en avant la nécessité de rendre compte que le marché des biens d’équipement, permettant de produire l’énergie, et le marché des métaux sont indissociable et complémentaires. Il apparait nécessaire que les modèles estimant les différents scénarios de transition énergétique intègrent cette complémentarité.

En suivant ce postulat, la substitution apparente entre les différentes énergies est marquée par l’accroissement de la consommation d’énergie non-renouvelable pour répondre aux besoins énergétiques de la nouvelle demande d’extraction de métal. Bien que le développement de nouvelles sources d’énergie entraine la réduction de la consommation d’énergie non-renouvelable, il est possible de s’interroger sur le montant de cette substitution. Le besoin en métal semble être un frein pour ces scénarios compte tenu de la complémentarité entre le marché des énergies, des biens d’équipements des technologies énergétiques et des matières premières minières.

Au vue des travaux de Vidal et al. (2013), le développement massif des ressources renouvelables, comme souligné dans les scénarios de transition énergétique de l’Agence Internationale de l’Energie (2014), va amener à une augmentation de l’émission des gaz à effet de serre compte tenu du besoin en ressources minières et métalliques des biens d’équipements nécessaires à l‘exploitation des énergies renouvelables. Ce besoin, absent initialement dans les différents scénarios de transition énergétique, est considéré par ces auteurs comme un frein pour la transition énergétique et le développement de nouvelles sources d’énergie renouvelable.

Discussion

La considération du besoin en ressources non-renouvelables pour le développement de nouvelles sources d’énergie renouvelable est associée à de nombreuses incertitudes aussi bien sur les aspects scientifiques que sur les aspects économiques pour la transition énergétique. Tout d’abord, la considération de ces ressources fragilise les prévisions des principaux scénarios de transition énergétique. Deuxièmement, les recherches récentes, notamment comme j’ai pu en présenter une avec la recherche de Vidal et al. (2013), semble notamment suggérer que la prise en compte du besoin en ressources minières non-renouvelables souligne des externalités de la transition énergétique non considérées par les principaux modèles de transition énergétique.

A côté de ces incertitudes scientifiques, il y a des incertitudes économiques, principalement sur les modèles scénarisant les politiques de transition énergétique visant à réduire les émissions de GES qui doivent être reconsidérés et étendu pour permettre d’intégrer les besoins en ressources non-renouvelables et le changement technologique endogène pour représenter les marchés des biens d’équipements.

Ces pistes de recherche sont d’autant plus importantes qu’elles soulignent l’importance de traiter la thématique de la transition énergétique et du besoin en ressources non-renouvelables pour le développement de nouvelles sources d’énergie renouvelable. La gouvernance des ressources non-renouvelables ne doit pas se limiter aux ressources énergétiques mais doit être issue d’une réflexion considérant les ressources dans leur ensemble. Vidal et al. (2013) ouvre, comme piste de recherche, l’évaluation des besoins totaux et des impacts environnementaux des nouvelles technologies. Cette problématique pose l’importance de considérer les enjeux nationaux et internationaux de la transition énergétique avec pour contrainte le besoin en ressource non-renouvelable pour le développement des sources d’énergies renouvelables.

Tag(s) : #Café du commerce

Partager cet article

Repost 0